Fatigue : quand le corps (et l’esprit) tombent en panne  

Distinguons trois types de fatigue.

La première – la plus courante – se ressent après un effort prolongé (une longue séance de travail, un entraînement sportif intense) ou tout simplement en fin de journée, avant d’aller se coucher. A ce moment vos forces vous abandonnent, les muscles se relâchent, les paupières deviennent lourdes, etc.  Puis quelques heures de sommeil plus tard, un miracle se produit : la forme est revenue. Les sens sont en éveil, les « batteries sont rechargées ». Vous voilà régénéré.

Telle est la « bonne fatigue ».

Mais il y aussi la mauvaise : la fatigue chronique.  Le repos ne suffit plus. Dès le réveil, la fatigue est là. Les causes en sont connues : dépression, burnout ou certaines maladies (mononucléose, hépatite, anémie). Les formes pathologiques de fatigue ne sont que la forme extrême d’une réalité plus banale dont des millions de gens souffrent en silence. Elle se manifeste au travail, dans le couple, dans les tâches quotidiennes. Cette fatigue-là ne conduit ni au désespoir et ne mène pas chez le médecin ou le psy. Elle a pour nom lassitude ou asthénie.

Une troisième forme de fatigue est liée à la vieillesse. Avec l’âge, non seulement on s’épuise à l’effort plus rapidement, mais on manque d’énergie vitale. Les passions vives – colère, indignation, enthousiasme, joie – laissent place à des réactions moins impétueuses. On peut voir ça comme de la sagesse. C’est surtout de la mollesse.

Bien qu’elle soit l’expérience la plus commune, la fatigue reste un phénomène impensé. D’où l’originalité du Dictionnaire de la fatigue paru il y a quelques années[1] Il débute par « aboulie » que Littré définissait est un « manque de volonté » et se termine par Weil, comme Simone Weil[2]. La philosophe chrétienne pensait que la fatigue des ouvriers produisait un « rétrécissement de la pensée ». On dit qu’elle même était infatigable (comme beaucoup d’anorexiques, ascétiques qui vivent en état d’ébullition permanente. Elle serait morte « d’épuisement moral et physique »[3] à 38 ans. On pourrait donc mourir d’épuisement..

L’Histoire de la fatigue (2020) de Georges Vigarello nous rappelle que la fatigue, si elle a toujours existé, n’a pas toujours été considérée de la même façon. Au Moyen Âge, le valeureux combattant connaît une saine qui appelle le repos du guerrier. En revanche, l’épuisant labeur du paysan (le mot vient de labour) n’évoque pas la compassion : elle était considérée dans l’ordre des choses. Il faut attendre le 19ème siècle pour que la fatigue ne devienne un problème social et que le repos une revendication légitime. Il faut attendre plus tard encore, la fin du 20ème siècle pour que la « fatigue psychique » du cadré stressé soit prise en compte.

 

[1] Dictionnaire de la fatigue, Dirigé par Philippe Zawieja, (2016)

[2] à ne pas confondre avec la femme politique. Simone Veil (1927-2017)

[3] Selon Wikipédia.

 

Un commentaire sur “Fatigue : quand le corps (et l’esprit) tombent en panne  

  1. Bonjour,
    Non la fatigue n’est pas un « phénomène impensé.
    À ce jour plusieurs livres ont été écrits à ce sujet, notamment « l’ode à la fatigue » d’Éric Fiat aux Éditions de l’Observatoire, et « De la fatigue » de Jean-Louis Chrétien aux Éditions de Minuit, tous deux sont philosophes, pour ne citer que ceux-ci.
    Cordialement
    Anne Dupuy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.