La valse des idées

Les idées vont, viennent, se bousculent, se contredisent, se remplacent, coexistent s’agrègent ou se combattent. Certaines nous irritent, d’autres nous emballent. D’autres nous laissent indifférents.


Elles forment la trame de notre vision du monde : elles servent à penser la nature de l’univers ou l’art de composer un repas, des opinions sur l’éducation des enfants aux théories du complot, des croyances religieuses aux récits du passé.


Parmi les idées du temps, celle d’une apocalypse imminente fait son chemin. Personnellement, je n’adhère pas à cette prophétie cataclysmique. Non que je sois climato-sceptique (comment ne pas voir que la température augmente et que l’activité humaine en est la cause ?), mais j’ai des doutes sur les conséquences supposées : celle d’un effondrement civilisationnel. C’est même pour moi une des leçons de l’été : les catastrophes locales – incendies de forêt de plus en plus dévastateurs en Californie ou en Turquie –, ne produisent pas d’effet « boule de neige » comme le veut la théorie de l’effondrement. Le réchauffement climatique est un fait de plus en plus avéré mais ses conséquences sur les sociétés humaines restent inconnues.


Mais ceci n’est qu’une opinion. Comme tout le monde, j’ai tendance à confondre mes convictions avec la réalité. Et j’ai tendance à estimer que ceux qui ne pensent pas comme moi se trompent (« L’idéologie, ce sont les idées de mon adversaire », disait Raymond Aron).
Nos idées sont ce qu’elles sont. Non pas un reflet du réel, mais des constructions mentales, forgées et formatées par les producteurs de sens.


Le premier d’entre eux est notre cerveau, une formidable machine à connaître mais aussi à sélectionner les informations qui lui plaisent ou qui lui sont utiles. Les psychologues nomment « biais de confirmation » cette tendance à rechercher les arguments que l’on souhaite entendre. Un esprit sain et rigoureux devrait plutôt chercher des contre-exemples et des contre-arguments pour adapter ses opinions en conséquence. Un autre biais (le « biais émotionnel ») consiste à prendre ses désirs pour la réalité.
Les autres producteurs de sens sont les médias : ils ne parlent pas du monde tel qu’il est, mais du monde qui va mal (c’est leur job), avec une tendance à focaliser l’attention sur certains phénomènes. D’autres producteurs de sens secrètent leurs propres idées : les partis, les Églises, les clans et chapelles auxquels on appartient tous.


Comment savoir, parmi les idées du temps, celles qui sont robustes et celles qui ne sont qu’écumes ? Il n’y a pas de règle de méthode qui permette de trier le bon grain de l’ivraie. Mais c’est déjà un bon exercice mental de les recueillir, les observer, les mettre côte à côte. Les examiner avec recul sans se laisser tout de suite immerger en elles.
Avant d’entreprendre tout travail de réflexion, Jean-Jacques Rousseau préconisait de se constituer un « magasin d’idées ». « Je me dis : commençons par me faire un magasin d’idées, vraies ou fausses, mais nettes, en attendant que ma tête en soit assez fournie pour pouvoir les comparer et choisir. Cette méthode n’est pas sans inconvénients, je le sais, mais elle m’a réussi dans l’objet de m’instruire. » (Confessions, livre VI).


Il n’existe pas de vaccin pour empêcher les idées de se transformer en idéologie. Mais une mesure de prudence permet de limiter le risque : s’efforcer simplement de prendre les idées pour ce qu’elles sont, c’est-à-dire des cadres mentaux, des agrégats de faits et noyaux d’arguments qui nous servent à lire le monde et agir sur lui. 

4 réactions sur “La valse des idées

  1. Ce texte rejoint ce que je soutiens avec les principes éthiques de ce que je nomme : clinique de la Place. Pour moi, chacun doit prendre acte de la place de laquelle il parle mais aussi prendre acte de la place à laquelle il s’adresse. Si, à suivre le proverbe,  »chacun voit midi à sa porte », ( Il n’y a de réalité QUE psychique, comme le dit plus savamment Sigmund Freud) il est essentiel d’ouvrir la porte des autres si l’on ne veut pas rester enfermé dans ses propres convictions.
    Je peux développer les points de rencontre entre la clinique de la Place et votre façon humanologue de regarder la vie. Votre démarche ouvre des voies, autres que l’annonce de l’effondrement que vous récusez, à juste titre, à mon sens;
    Merci de penser autrement. Le monde d’aujourd’hui en a bien besoin. Je peux, si vous le souhaitez, venir faire  » valser mes idées  » avec les vôtres…
    Bien cordialement à vous
    Jean-Pierre Thomasset

  2. « Il n’y a pas de règle de méthode qui permette de trier le bon grain de l’ivraie. » C’est tout à fait vrai au plan individuel, mais pas au plan collectif. Sur un sujet choisi, la co-construction (confrontation des points de vue sans confrontation) permet de faire reculer les certitudes, les croyances et les biais cognitifs des participants.

  3. Bonjour Jean François
    J’aime bien la mesure de prudence, pour limiter les risques…J’ai, quant à moi, installé un petit filtre clignotant dans les oreilles, très sensible aux débuts de phrase tels que : « on m’a dit que » « il paraît que » « tout le monde le dit » !
    Cela ressemble à des petits clusters de prêt à penser, tout cuits pour les « biais de confirmations » (pour les miens aussi !)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *