41 réactions sur “De quoi avons nous (vraiment) besoin ?

  1. Assurément toutes les étapes de la pyramide de Maslow, notamment question sécurité urgente, le besoin de sobriété énergétique si l’on veut éviter l’extinction proche de la vie humaine…

    Pour continuer à savourer (sans trop polluer?), les paysages, la nature ses sons ses mouvements ses odeurs ses lumières, faire des rencontres (cyclistes perdus ou en panne), j’ai un grand besoin de mon vélo à assistance électrique qui soulage mon organisme vieillissant en gommant les effets du vent de face et des montées interminables. Besoins matériels et immatériels sont donc intimement liés.

    J’ai aussi besoin de nager, rire, partager de bons moments entre personnes optimistes, m’informer, naviguer, lire et m’instruire sans contraintes de temps ou/et de résultats professionnels*.

    J’ai aussi besoin de défis originaux partagés avec mes proches au plus grand plaisir de mes petits enfants. Le dernier: prendre un maximum de selfies avec en arrière plan des Twingo première génération (celle avec des yeux de grenouilles)! Pourquoi? Sans doute le coté irrationnel qui aussi doit façonner nos personnalités.

    Il me semble important de souligner que les besoins acquis ne soient pas pathologiquement addictifs. Les besoins qui rendent esclave pourrait-on dire.

    *En cela L’Humanologue, m’apporte des moments de lectures enthousiasmants, relaxants, souriants.

  2. Besoin de  » calme actif « , de respect mutuel, d’humour, de  » soleil après la pluie « , d’indulgence, de têtes en l’air, de regards vers le bas, de pouvoir rêver d’abriter toutes et tous, de fleurs, de forêts, de mer de livres, d’océan de musique, de sable, de bizarre, d’étrange, et de philosophie.

  3. Besoin de se détacher du matériel pour éveiller ses sens et besoin de prendre le temps. Besoin d’interactions sociales non biaisées, besoin d’amour et d’un retour à l’essentiel. Besoin d’apprendre à se taire et à écouter.
    Un petit apéro entre amis ne serait pas superflu!

  4. De temps, de liberté (j’ai décidé de limiter les contraintes et de n’accepter que celles que je ne peux éviter, le reste je benne), de nature préservée, de trouver de l’énergie, de quelques rencontres, de continuer à apprendre, de gouter et de boire des vins (bio de préférence) et de lectures.

  5. Difficile de répondre en quelques mots.
    Je dirais: de temps libre. Pour pouvoir se cultiver, étudier, s’élever. Pour sortir de la médiocrité générale.
    Mais au-delà, de nous libérer de nos chaînes , du travail, du libéralisme, des religions.
    Enfin devenir des êtres capables de penser par nous mêmes.

  6. Nous avons besoin de ce qui devrait présider à chacun de nos instants : le sens et la conscience. Le sens de nos pensées, de ce que l’on fait, de ce que l’on ne fait pas…la conscience de son intention à chaque mouvement. Sortir du mode « automatique programmé de la jouissance » de la non conscience de nos existences. La direction du monde actuel est toujours la même, faite de confusions et des illusions qui en découlent, juste soumis aux promesses des sensations qui n’arriveront jamais. Quand toute notre évolution sera à terre, revenus à l’âge de pierre ou au mieux au moyen âge, quelle idée aurons nous de nous ? Tout ça pour ça ? Recommencer ? En vallons-nous la peine ? Quel sens trouver à ce cataclysme, à une telle souffrance ? Quel sens trouver à passer de l’abondance à la restriction, de la lumière à l’obscurité, de la vie à la survie…de la paix à la guerre, qu’elle qu’en soit sa forme, économique ou nucléaire ? Sommes nous conscient de notre inconscience, de notre inconsistance, de notre volatilité, de notre vanité ?  » Celui qui ne bouge pas, ne ressent pas ses chaînes » Rosa Luxembourg

  7. Bonjour
    Au-delà des besoins vitaux primaires : boire manger dormir, il y a des besoins vitaux secondaires mais indispensables : avoir un toit, aller à l’école, recevoir l’amour de ses parents, être respecté en tant qu’individu et être en sécurité. Ces derniers besoins ne sont pourtant pas respectés pour une large proportion de l’Humanité : guerre, pauvreté, religion (statut de la femme), société fourmilière comme la Chine.
    Et puis il y a les besoins des sociétés riches qui sont plus inhérents à la personnalité de chacun.
    J’ai besoin de liberté, de libre arbitre, d’espace, de culture (photo, livres, peinture, musique), de cultiver mon jardin de fleurs, de voir la mer au moins une fois par an, de m’évader et d’apprendre. Mais j’ai aussi besoin de voir mes enfants et mes amis et de connaître d’autres gens, d’autres cultures, d’autres horizons, de caresser mes chats, de donner de l’amour et de l’empathie, de me sentir réassurée (mon égo a besoin de temps en temps d’être regonflé)

  8. Besoin de s alimenter de maniere saine, de respirer, d un toit , de soins, de sécurité. Besoin d education et de culture. Besoin d une famille et d une communauté, besoin d etre reconnu, représenté. Besoin de rencontrer l autre, le different, besoin d un travail rémunéré, besoin de créer, d inventer, de communiquer. Besoin d etre une personne humaine, d etre une individualité. Besoin d être relié à ce qui est plus grand que soi…

  9. J’ai besoin de calme et d’espoir. Biens rares aujourd’hui…
    J’ai besoin de danser et de rêver.
    Pour cela il faut être en sécurité, un toit sur la tête et des fruits au jardin.
    ML 65 ans

  10. Un métier, une profession, une activité qui ait du sens et qui soit utile
    La possibilité d’être satisfaite de ce que j’aurai réalisé dans la journée, et pour cela pouvoir agir dans la confiance
    Pouvoir évoluer dans un environnement sécure, quelle chance avons nous !, où je ne crains pas pour ma vie ou celle de mes proches et de mes ami.e.s
    L’amour, l’amitié, les rencontres, le savoir, la connaissance et l’apprentissage
    Savoir que nous agissons collectivement pour nous assurer un avenir et préserver un environnement vivable à transmettre à nos descendants

  11. Tout faire pour conserver/accepter sa santé ce qui passe surtout par l’alimentation. Ensuite avoir des relations sociales équilibrées : famille, travail, amis, notamment me sentir utile. Vital également, j’ai besoin de mouvement pour l’esprit (développer mes connaissances), mais surtout le corps (bouger dans la nature). Donc être positif par rapport à mon environnement, c’est à dire mieux le comprendre sans trop le juger et limiter toutes les croyances nocives (optimisme raisonnable).
    Peut-être aussi attendre plus de soi que des autres (mon côté pessimiste). Enfin, garder mon « étonnement » pour mieux accepter le présent et encore me projeter dans le futur….

  12. L’être humain a besoin de liberté , de considération et le respect. Je ne pourrai pas développer ces éléments ici car mais la prochaine fois. Merci beaucoup.

  13. L’être humain a besoin de foi : peu importe ce en quoi il croit, la foi est vitale et englobe beaucoup de choses. L’amour, le partage, la joie, l’allégresse, l’apaisement, le contentement, l’intelligence, la découverte….toutes ces notions englobent la foi.

  14. J’ai besoin d’être entourée de choses et de de personnes vivantes (enfants, nature, arbres, animaux, etc.) pour sentir la vie en moi.

  15. Bonjouir,
    Je viens d’inventer un nouveau mot,
    L’Homme étant un être grégaire, il a besoin des autres, on a besoin de respirer un air sain, boire une eau de très bonne qualité et manger des produits qui ne nous empoisonnent pas, le reste n’est que futilité.

  16. J’ai besoin d’un toit, j’ai besoin d’être rassasié et de me sentir en sécurité.
    Après… j’ai cent mille petits besoins ? ou plaisirs ?
    Je suis comme tout le monde.

  17. J’ai besoin de respirer, de m’émerveiller, de regarder mes fils grandir, de les entendre rire.
    J’ai besoin d’être utile, de donner et de recevoir.
    J’ai besoin de temps pour comprendre, aimer, regarder, observer, espérer, écouter, lire, coudre, dessiner, penser.
    J’ai besoin d’air, d’eau, de terre et de feu.
    J’ai besoin de vivre.

    1. J’ai besoin de tendresse, d’arts et de nature préservée. De livres et de temps.

  18. J’ai déjà tant, …, bien plus encore, bien trop certainement !!!… Et si je pensais à tous ceux qui ont si peu… si peu de liberté, de confiance, de réconfort, de (r)assurance, de quiétude, de rêve, d’espoir, de sens, d’essence, et pourquoi pas d’évanescence, d’amour, de passion… mais surtout si peu à manger, et beaucoup trop de combats à mener pour leur survie…
    Ai-je vraiment besoin de quelque chose ???… Ne ferais je pas mieux de prendre conscience, surconscience même, de ce qu’inconsciemment peut être je cache à mes yeux, mon cœur, mon âme ???…

  19. Nous avons besoin de croire : en l’être humain, en un Dieu, en la force des ancêtres, en des valeurs laïques ou religieuses, en la science, en la politique…un peu de tout cela à la fois. Nous avons besoin de faire société les uns avec les autres ; amour, amitié, fraternité, solidarité.
    Donner du sens à sa vie, se sentir en sécurité affective, financière…

  20. J’ai besoin de calme, de temps pour penser
    pour prendre le temps d’aimer ce que l’on fait ou allons faire
    de temps pour échanger des idées avec des amis de confiance
    pour aimer tout simplement

  21. De ce qui nous fait toujours envie après que l’on y a véritablement réfléchi et dès lors que cela ne porte pas préjudice à autrui, sinon le plaisir en serait gâché.

  22. Pour ma part , j’ai besoin d’apaisement , de sens , de découverte, d’équilibre .
    Le monde a besoin de connaissance de soi et de l’autre, de reconnexion avec la nature, d’apprendre aux autres et d’apprendre des autres, d’humilité, de tolérance bref d’humanité.
    Je pense que nous vivons dans une société tourné vers le superficiel et qui met tout en œuvre pour faire perdre aux humains leur sens critique, leur besoin de spiritualité, leur repère . Pour ce faire , on nous manipule quotidiennement en créant des besoins inexistant qui nous font perdre de vu l’essentiel et font de nous des êtres superficiels ,individualistes et égocentriques. Cela permet de manipuler les masses en les divisant. le monde va mal.

  23. pour moi, ce sera en premier l’amour ( aimer et être aimé )
    en deuxième un travail qui me passionne ( car nous passons une bonne partie de notre temps à travailler pour gagner sa vie )
    en troisième se sentir libre sans aucune dépendance

  24. besoin que la société s’apaise et se modère.
    Besoin que cette nation devienne plus fraternelle
    besoin du bien vivre ensemble et l’acceptation des différences, quelles qu’elles soient
    un sourire, une moins grande exigence de ce que la vie peut nous apporter, un retour à plus de simplicité et d’empathie.
    Respect des générations, qu’elles soient jeunes ou moins jeunes
    plus de sagesse, qui n’est pas forcement l’appanage des anciens d’ailleurs.
    Besoin d’unité, d’amour fraternelle ou d’amour tout court.
    Moins de jugement, plus de tolérance, vers qui que ce soit.
    Comme disait Balavoine: il ne suffit pas d’être pauvre pour être honnête…

  25. Besoin d’être moi-même, ne pas tricher, toujours ressentir, aimer d’amour, aimer tout court, être libre d’errer dans la nature, être libre tout court…et besoin de chocolat!

  26. Voilà une question qui invite à une réflexion profonde (ma réponse ne sera pas exhaustive).
    Je crois qu’il y a une distinction à faire entre besoins intrinsèques et besoins extrinsèques…
    La première chose qui m’est venue est un sentiment de sécurité (en premier lieu pour mes enfants, mon conjoint et moi-même).
    Après cela, j’ai tout de suite pensé au besoin de sens, avec une vision davantage micro que macro.
    Ensuite, vient la connaissance de soi, j’ai besoin de mieux connaître mes croyantes limitantes, mes peurs et les mécanismes inconscients qui me drivent.
    J’ai également besoin d’apprentissage constant, de me sentir en progression.
    Pour finir je dirai que j’ai besoin d’épanouissement au quotidien.
    Pour aller plus loin, je trouve intéressant de se questionner sur le rapport entre besoins et valeurs.
    Merci pour cette question qui entraîne un petit travail d’introspection 🙂
    Isabelle

  27. – famille/ amis (amour/ affection/échanges…)
    -travail pour ne dépendre de personne et s y épanouir.
    – nature qui a bcp à nous apprendre
    – de livres et de musique pour faire des pauses
    Flor 49 ans.

  28. Défis, partages, amour, famille, sensations, douceur, regards, puissance des liens, trouver l’équilibre, danser, se ressourcer, rêver, avancer, courir, croire, aimer aimer aimer…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.